L’architecte toulousain

Entre 1926 et 1932, Léon Jaussely est chargé des plans d’aménagement de la ville de Toulouse. Par ailleurs, il réalise au sein de la ville un certain nombre d’édifices.

Monument aux morts de Toulouse, allées François Verdier © Julien Barthélémy

Monument aux morts de Toulouse, allées François Verdier © Julien Barthélémy

Le Monument aux morts

En 1919, Léon Jaussely est chargé de la conception générale du Monument aux morts dédié aux combattants de la Haute-Garonne de la Première Guerre Mondiale sur les allées François Verdier. De nombreux artistes ont participé à l’ornementation de l’édifice en forme d’arc de triomphe. Le Monument aux morts est inauguré neuf ans plus tard, en 1928.

Détail – Direction Régionale des PTT, Toulouse © Elena Joset

Détail – Direction Régionale des PTT, Toulouse © Elena Joset

La Direction Régionale des PTT et le bureau de poste de Saint Aubin

Dans le cadre de sa fonction d’architecte en chef des PTT, Léon Jaussely réalise entre 1921 et 1929, la Direction Régionale des Postes de Toulouse, rue Lafayette, ainsi que le bureau de poste du quartier Saint Aubin. Léon Jaussely fait appel au style Art Déco pour la réalisation des deux bâtiments en utilisant des formes géométriques strictes, des hublots et des verrières en « cul de bouteille ». La Direction Régionale des PTT est un bâtiment construit sur trois étages et sur une hauteur de 26 mètres. L’édifice est achevé en 1932. Le bureau de poste du quartier Saint Aubin est réalisé en 1929. Léon Jaussely convoque des éléments typiquement Art Déco tels que les grilles en fer forgé, les bas reliefs en fronton et des éléments de forme octogonale.

Façade du Hall de promotion de La Dépêche © Elena Joset

Façade du Hall de promotion de La Dépêche © Elena Joset

Le Hall de promotion du journal La Dépêche

Commandé par Maurice Sarrault, directeur de La Dépêche, Léon Jaussely réalise à partir de 1926, le Hall dédié à la promotion du journal. L’architecte s’appuie une nouvelle fois sur le style Art Déco pour la conception de l’immeuble. Ce style est littéralement en rupture avec le style haussmannien traditionnel de la rue d’Alsace.